Archives de Tag: sciences po

Alerte à la bombe: les locaux de Sciences Po Paris évacués

Une alerte à la bombe: voilà une menace peu habituelle dans le Quartier Latin. Et pourtant, l’Institut d’Etudes Politiques (IEP) de Paris a du être évacué mercredi matin, sur décision de la police. Munis d’un mégaphone, les appariteurs ont donné les instructions aux étudiants, massés devant l’entrée du 27, rue Saint-Guillaume. Tout le monde a été invité à rejoindre le boulevard Saint-Germain, déjà fermé à la circulation. Le périmètre de sécurité comprenait le croisement entre Saint-Germain, Raspail, rue du Bac et rue Saint-Benoît. L’établissement n’a pas connu de telle évacuation depuis 1990.

Tous les bâtiments de Sciences Po étaient concernés par l’alerte. L’Institut comprend en tout onze édifices dans le Quartier Latin. A l’origine de l’alerte: un coup de fil anonyme au standard téléphonique de Sciences Po, vers 10h du matin. Selon un membre de la direction de la scolarité, l’appel aurait annoncé la présence de trois bombes. Il s’agissait en fait d’une fausse alerte, comme l’a confirmé Jean-Baptiste Goulard, chargé de mission auprès du directeur de Sciences Po Richard Descoings.
Les alarmes ont retenti dans tous les bâtiments à 10h15. L’évacuation s’est faite dans le calme. Deux employées de l’administration de l’Ecole de Journalisme (EDJ) ont même tardé à sortir, puis ont été réprimandées par la police. «On pensait qu’il s’agissait d’une blague des 5e années, puisque c’est la fin des cours!», a expliqué Bérangère Gavaudo, responsable pédagogique.
Quant aux étudiants, ils ont d’abord pensé à un simple exercice. Ils ont laissé leurs clés, portables et portefeuilles à l’intérieur des établissements, sans savoir qu’ils ne rouvriraient leurs portes que quatre heures plus tard. C’est le cas d’Annabelle Laurent, élève en première année à l’EDJ: « J’ai laissé toutes mes affaires!»
Il était d’abord prévu que les étudiants reprennent les cours à 12h30. A l’heure dite, impossible pourtant de franchir le cordon de sécurité. Les policiers ont alors confié qu’ils ne savaient pas combien de temps durerait la fermeture. Les informations sur la situation ont été relayées sans interruption sur Twitter et le site de la radio des étudiants de Sciences Po (RSP).
Une équipe de démineurs accompagnée de maîtres chiens sont allés fouiller dans les locaux, sans trouver aucune de trace de bombe. Vers 13h10, les étudiants de l’école ont reçu un courriel de l’administration, qui annonçait la réouverture progressive de Sciences Po. A 14h30, les cours avaient repris normalement dans tous les établissements.
L’auteur de l’appel reste inconnu à ce jour. L’UNI (syndicat universitaire de droite) pointe déjà du doigt les «groupes d’extrême-gauche», qu’il désigne comme responsables des blocages en mars dernier.

Linh-Lan Dao

Pour en savoir plus, visionnez un reportage TF1 sur le travail des démineurs

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Société

Alerte à la bombe à Sciences Po, évacuation et suspension des cours

l'accès par la rue de la Chaise, bloqué

l'accès par la rue de la Chaise, bloqué

Ce matin vers 10H15, les locaux de Sciences Po ainsi que de l’école de journalisme ont été évacués. Une alerte à la bombe à été signalée par un appel anonyme, et la brigade de déminage est intervenue pour inspecter les bâtiments, à la recherche non pas d’une mais de trois bombes, selon Radio Sciences Po, reprenant un membre de la direction, et un certain Grégory D.

Vers 13h20, le 27 rue Saint Guillaume et la bibliothèque ont été rouverts. Les cours n’ont repris qu’à 14H30.  Des policiers du 16ème arrondissement ont été dépêchés pour bloquer l’accès par la rue de la Chaise (voir photo).

Les étudiants ont reçu cet email à 13h08:

Suite à l’alerte à la bombe qui a entraîné la fermeture des bâtiments de Sciences Po ce matin à partir de 10h15, nous vous informons que les enseignements sont annulés jusqu’à 14h30. Les bâtiments seront progressivement ré-ouverts après le passage de la brigade de déminage. Nous espérons pouvoir donner accès au bâtiment du 27 Saint-Guillaume dès 13h15.

Nous vous demandons de vous munir de votre carte d’enseignant ou d’étudiant pour pouvoir accéder aux bâtiments du fait de l’instauration de contrôles aux entrées des bâtiments. Nous sommes bien évidement désolés de ces inconvénients et vous remercions de votre compréhension.

Vous pouvez suivre les dernières nouvelles sur le site de Radio Sciences Po, ou sur twitter en suivant @rspfm, ou avec les hashtags #quartierlatin et #SciencesPo Bombalert.

Update: selon le site de Radio Sciences Po, l’appel anonyme fut en fait une fausse alerte.

« Fausse alertée confirmée par Jean-Baptiste Goulard  (chargé de mission auprès de Richard Descoings) à nos reporters et à l’AFP. Nous citons la dépêche AFP :

« L’alerte a été reçue au standard téléphonique de Sciences-Po Paris en milieu de matinée et l’ensemble des locaux aussitôt évacués, avant d’être fouillés par des démineurs et des maîtres-chiens, qui n’ont rien trouvé, a-t-il détaillé. L’Institut a été entièrement rouvert à la mi-journée ».

hf.

Poster un commentaire

Classé dans Politique, Société

Sciences po peine à mobiliser contre la LRU

Sciences po va-t-il rejoindre le mouvement ? L’établissement de la rue Saint-Guillaume a vécu une semaine agitée, qui a vu le mouvement de protestation étudiant contre la loi de réforme de l’université (LRU) s’inviter dans ses murs ce mardi, puis une assemblée générale voter, jeudi, le principe d’un piquet de grève et d’une occupation de nuit. Lire la suite

1 commentaire

Classé dans Politique, Société

Colombe Schneck: «je ne suis pas consensuelle, je déplais à trop de gens»

«C’est un peu égoïste, mais je choisis mes sujets de chronique en fonction de ce qui m’intéresse, moi». Colombe Schneck joue la franchise. Et visiblement, ça marche. C’est cette franchise qui lui permet d’intéresser chaque matin des millions d’auditeurs de France Inter. Et qui fait que, chaque midi, son émission sur I-Télé cartonne tout autant. C’est qu’elle court pas mal, Colombe Schneck. Journaliste, écrivaine à ses heures perdues – qui ont l’air plutôt rares – elle cumule avec bonheur les casquettes. Alors quand elle prend le temps de se poser deux heures dans un café à Odéon, pour parler aux membres de Women Watch, l’association étudiante de Sciences Po qui l’a invitée, les questions fusent. Les filles demandent des conseils, expriment leur admiration: «C’est un petit brin de femme, mais elle déménage!», glisse l’une, tandis que Colombe Schneck sort récupérer son vélo pour aller chercher ses enfants à l’école. Un peu «bobo», oui, mais n’est pas chroniqueur Inter qui veut… Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Culture, Société

Sciences po évacué

Après sciences po occupé mardi, sciences po évacué aujourd’hui. A 17h, cours ou pas cours, tous les élèves ont dû sortir, tous les locaux de sciences po situés à Paris ont été fermés. Alors que la majorité des facs parisiennes font grève, Sciences po était l’une des seules écoles à Paris à rester ouverte. La décision a été prise par la direction de l’école après un coup de fil des renseignements généraux. La police aurait auparavant reçu un coup de téléphone d’un groupe qui menaçait d’occuper à nouveau les locaux. En cette journée de mouvements sociaux, l’école a préféré prendre des précautions pour éviter un blocage comme cela avait été le cas mardi.  Les portes devront rouvrir demain matin.

Aurélie Erhel

Poster un commentaire

Classé dans Société