Archives de Tag: environnement

Le Grenelle des ondes va faire des vagues

Photo Ed Yourdon via Flickr

Photo Ed Yourdon via Flickr

La table ronde «radiofréquence, santé et environnement» s’est ouverte le 23 avril au ministère de la santé, en présence de la ministre Roselyne Bachelot, la secrétaire d’Etat au numérique Nathalie Kosciusko-Morizet et celle de l’écologie, Chantal Jouanno. Autour de la table, cinq collèges représentant l’Etat, organismes publics, opérateurs, associations, élus et syndicats, réunis pour débattre ensemble du caractère nocif – ou non – des antennes-relais et des téléphones portables.

Déjà surnommé «Grenelle des antennes-relais», l’événement devrait prendre fin le 25 mai. Selon le site du ministère de la santé, l’objectif est de «faire le point sur les connaissances scientifiques et les réglementations en vigueur concernant les technologies qui utilisent les radiofréquences, telle que la téléphonie; ainsi que sur les antennes-relais, et d’identifier d’éventuelles mesures complémentaires en matière de recherche, d’expertise scientifique, d’information du public, de réglementation ou d’engagements volontaires».

Un manque d’ambition dénoncé par Arnaud Gossement, porte-parole de l’association France Nature, dans un article publié sur Rue89. Il s’indigne que les scientifiques soient bizarrement les grands absents de ce Grenelle.

Discordances

Dans un article paru sur le Monde.fr intitulé «Dialogue mal engagé au Grenelles des ondes», il est pourtant précisé que des experts scientifiques seront présents lors de débats ultérieurs. Les associations, telles qu’Agir pour l’environnement, ont d’emblé montré leur hostilité face au gouvernement l’accusant de «verrouiller le débat» et de sauter trop vite aux conclusions.

En effet, dans la lettre de mission du 26 février à l’origine du Grenelle, le Premier ministre François Fillon a été clair. Tout en rappelant que pour le moment le principe de précaution est nécessaire pour les portables, il s’est montré prudent: «les expertises disponibles ne permettent pas de conclure sur un lien éventuel sur l’utilisation du téléphone mobile et risque de cancer». Quant aux antennes-relais, la position du gouvernement semble arrêtée: «en l’état actuel des connaissances scientifiques (…) l’hypothèse d’un risque pour la santé pour les populations vivant à proximité des antennes-relais (…) ne peut être retenue».

Une foule de sujets à étudier

Pour Roselyne Bachelot, la priorité semble être plus du côté des téléphones portables que des antennes-relais. Dans une interview publiée dans le Figaro le 23 avril, elle déclare soutenir «l’interdiction de la promotion à destination des enfants de moins de 12 ans».

Du côté des opérateurs, on ne veut pas croire à la fatalité. En février, la cour d’appel de Versailles avait demandé le démontage d’une antenne. Ce même scénario s’était répété début mars dans le Vaucluse. Mais l’académie de médecine a publié un communiqué le 4 mars, que l’on retrouve sur le site institutionnel de Bouygues Télécom. Il y est précisé qu’à ce jour «aucun système sensoriel humain permettant de percevoir ce type de champ (électromagnétique, Ndlr) n’a été identifié ». Aussi, à ce jour l’OMS (Organisation mondiale de la Santé) et la Commission européenne se sont «prononcées unanimement sur l’absence de risques des antennes de téléphonie mobile».

Hélène Franchineau.

1 commentaire

Classé dans Politique, Sciences