Le printemps a volé la vedette au rugby

Est-ce la faute du beau temps ou de la piètre performance du XV de France face à l’Angleterre la semaine dernière? Peut-être un peu des deux. En tout cas, la rue princesse, généralement bouillonnante les jours de matchs était pratiquement déserte à quelques minutes du coup d’envoi d’Italie-France.

Un client au Frog & Princess

Un client au Frog & Princess

A l’intérieur des bars, même ambiance. Quelques inconditionnels, mais généralement les tables sont vides. Pour Sam, le gérant du Temple bar, «il fallait être là la semaine dernière, là il y avait de l’ambiance ! Sinon, aujourd’hui, ça sera plus vers 18 heures pour le match entre Irlandais et Gallois.»

Au fil des minutes, quelques personnes s’installent, mais pas de signes extérieurs de soutien. Les maillots et écharpes aux couleurs de la France sont restés dans les placards.

Des supporters ravis au Temple bar

Des supporters ravis au Temple bar

25e minute. Essai de Chabal. Les clients du Temple bar réagissent à peine. Cinq minutes plus tard, nouvel essai de la France et toujours autant d’enthousiasme côté supporters. Il faut attendre la 32e minute et l’essai de Médard pour décrocher quelques applaudissements.

Thomas, Swann, Guillaume et Romain devant le Temple bar

Thomas, Swann, Guillaume et Romain devant le Temple bar

C’est déjà la mi-temps. Quelques minutes pour sortir profiter du beau temps. C’est aussi le temps des premières analyses. «Bon, c’est pas un grand match mais au moins on gagne», explique Romain, 18 ans. Il est venu voir le match avec trois de ses amis. «On a fait tous les matchs…sauf un…l’Angleterre». Les pronostics vont bon train. Pour Guillaume, 20 ans, le spécialiste de la bande, «les Bleus vont mettre encore trois essais». Guillaume a vu juste, les Français ont inscrit trois essais supplémentaires en deuxième mi-temps.

Lisa D'Anna, une italienne qui supporte l'Irlande

Lisa D'Anna, une italienne qui supporte l'Irlande

Parmi tout ces Français, une jeune rousse habillée aux couleurs de l’Irlande se détache. Chapeau de la Saint-Patrick, bouteille de Guinness en plastique, lunettes et t-shirt verts. Mais Lisa, 27 ans, n’est pas Irlandaise, mais Italienne. «Non, je ne veux pas que les Italiens gagnent. Je me suis installé à Paris récemment et j’aurais bien besoin d’une cuillère en bois», dit-elle en riant. La cuillère en bois revient à l’équipe qui perd tous ses matchs lors du tournoi. Et pourquoi soutenir l’Irlande ? Parce qu’elle y a vécu pendant 2 ans mais surtout parce que «les Irlandais sont HOT!»

Au final, les Français ont battu les Italiens 50 à 8 sans vraiment mettre le feu à la rue Princesse. Et les Irlandais ont remporté leur second Grand Chelem de l’histoire. Le printemps était bien vert.

Kéthévane Gorjestani

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans printemps, Société

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s