The show must go on

Monologue de Don Rodrigue (Philippe Girard)

Monologue de Don Rodrigue (Philippe Girard)

Malgré l’appel à la grève nationale du jeudi 19 mars, le Théâtre de l’Odéon a maintenu la représentation de la deuxième partie du «Soulier de Satin», le même jour. Votes et négociations en coulisses ont permis à la direction du théâtre d’offrir aux spectateurs, peu nombreux, une version «concert» de la pièce.

«Nous sommes désolés de ne pas pouvoir vous présenter ce soir l’intégralité des décors et des jeux de lumière. Grâce aux comédiens et aux techniciens, nous avons fait tout notre possible pour tenter de maintenir la représentation. En espérant vous faire partager la beauté du texte de Claudel». C’est en ces termes qu’Olivier Py s’est adressé aux spectateurs jeudi soir. Le dos rond, les mains croisées, le metteur en scène est visiblement gêné. Face à lui, le parterre du Théâtre de l’Odéon est rempli, mais les balcons sont vides.

Public déserteur

Les choses n’avaient pourtant pas si mal commencé. Mercredi soir, le public était au rendez-vous pour la première partie du «Soulier de Satin». On se pressait pour découvrir la nouvelle mise en scène «fleuve» dont Olivier Py a le secret. Mais à la porte d’entrée, surprise. Une note précisait qu’en «raison d’un mouvement de grève, la représentation du 19 mars ne sera peut-être pas assurée». Le lendemain, la troupe était bien là. Mais pas le public, anticipant une annulation pure et simple et préférant demander le remboursement de leur place.

«Il est difficile de dire pour l’instant quel est le pourcentage de personnes qui ne sont pas venues comparé à hier. Peut-être 30%», nous indique Paul Rondin, le secrétaire général du Théâtre de l’Odéon. A vue de nez, plus de 50% des sièges semblent vacants. «C’est sûr qu’on a perdu beaucoup d’argent sur cette soirée», reconnaît-il. Un échec d’affluence en demi-teinte, puisque de grands lieux comme la Comédie Française n’ont pas pu assurer leur propre représentation du soir.

Une décision commune de jouer

Quelles ont été les clés de cette réussite «malgré tout»?  «Si nous avons pu donner la pièce, c’est parce que les comédiens et les techniciens nous en ont laissé l’occasion. Il y a eu un vote. Les 2/3 de l’équipe étaient pour assurer le spectacle», explique Paul Rondin. «S’il avait manqué un seul comédien, nous aurions tout annulé».

Le spectacle a donc bien eu lieu. Amputé, mais assuré. Le personnel attaché à la lumière étant gréviste à 100%, aucun projecteur n’a été utilisé. Pour palier le manque, les organisateurs ont laissé la lumière principale du théâtre allumée pendant les cinq heures de représentation. Sur scène, les décors au complet ont bougé avec fluidité. Sans rideau, certes, obligeant comédiens et techniciens à préparer les nouvelles scènes aux vu et su de l’assistance. Etrange nudité, expérience scénique originale pour le spectateur.

Des spectateurs privilégiés

Au final, le public désireux de suivre la pièce jusqu’au bout des 11h de sa mise en scène en aurait presque oublié que, ce jour-là, il y a bien eu grève. «C’était très beau, très mystique comme toujours avec Olivier Py», confie une spectatrice, Laure, 25 ans. «A part quelques lenteurs techniques, je n’ai pas l’impression d’avoir été dans une théâtre frappé par la grève», ajoute-t-elle. La troupe a permis à son public de suivre l’«aventure» jusqu’au bout, laissant même la chance aux moins bien placés d’avancer jusque dans les premiers rangs pour remplacer les absents. Représentation de qualité et public restreint. Merci la grève?

Guillaume Dumazet

Advertisements

Poster un commentaire

Classé dans Culture, Société

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s