Cinéma et Droits de l’Homme se conjuguent au Quartier Latin

Avant chaque séance, la queue est longue devant le cinéma Action Christine

Avant chaque séance, la queue est longue devant le cinéma Action Christine

«Ça la fout mal de refuser quelque chose dont l’intitulé contient les mots Droits de l’Homme». Quand on demande à Bruno Gaccio pourquoi il a accepté d’être membre du jury de la 7ème édition du Festival International du Film des Droits de l’Homme (FIFDH), la réponse fuse. Interrogé par notre rédaction, il en convient lui-même: d’habitude, il fait «des trucs plus marrants», mais cette fois, le jeu en vaut la chandelle.

Parmi les documentaires présentés, de nombreux sont des inédits en France. Mais les éditions précédentes de ce Festival ont montré qu’il pouvait servir de tremplin pour les films. La preuve avec «Thomas Sankara, l’homme intègre», de Robin Shuffield, d’abord passé à Paris avant d’être régulièrement présenté dans de nombreux pays africains. De lauréat, Shuffield est aujourd’hui devenu juré. Comme les cinq autres membres du jury, il doit départager près d’une trentaine de documentaires, tous projetés au cinéma Action Christine, dans le 6ème arrondissement.

Stéphane Hessel, membre du jury 2009

Stéphane Hessel, membre et... doyen du jury 2009

«Restons vigilants»

«A deux pas d’Odéon, entre Saint Michel, la Sorbonne et le Panthéon, le cinéma Action Christine est central et plutôt bien entouré», explique Vincent Mercier, directeur du Festival International du Film des Droits de l’Homme (FIFDH). Même avis de Stéphane Hessel, membre du jury 2009 du FIFDH qui souligne que le Quartier Latin, au cœur de la capitale, est un lieu chargé d’histoire. C’est ici même que lui et d’autres ont rédigé la Déclaration universelle des droits de l’Homme, il y a 60 ans. Ici encore que les idées révolutionnaires, venues des Lumières ont émergé.

Le message principal du Festival tient en deux mots: «Restons vigilants». Yamina Benguigui, adjointe au Maire de Paris, chargée des droits de l’homme et de la lutte contre les discriminations, qui avait livré à l’automne 2008 un documentaire intitulé «9/3 histoires d’un territoire», l’a rappelé: «il existe des zones de non-droit à quelques minutes à peine de ce cinéma». Et de citer le cas des prisons et de certains quartiers, où des hommes et des femmes sont privés de leurs droits. A ses côtés, Marie-Monique Robin, réalisatrice du «Monde selon Monsanto», est là pour rappeler que la question des droits de l’Homme est présente jusque dans nos assiettes, voire dans… un grain de maïs.

A ne pas rater:

«En prison toute ma vie», traduit en français pour le Festival, en avant-première en France, revient sur le cas Mumia Abu Jamal, journaliste et ancien membre des Black Panthers condamné à mort en 1982. Retour sur le parcours d’un prisonnier politique en attente de son exécution depuis plus de vingt ans…

«D’une seule voix», un documentaire sur une troupe de chant et de danse mêlant Israéliens et Palestiniens, le temps d’une tournée de trois semaines en France. Tensions, échecs et victoires à la scène, à la ville et dans les coulisses…

Infos Pratiques: 5 euros la séance. Tarif réduit: 4,50 euros

Cinéma Action Christine, 4, rue Christine, 75006 Paris

01 43 25 85 78

Métro: Odéon ou Saint-Michel

Advertisements

Poster un commentaire

Classé dans Culture

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s